De la mondialisation au local : changer d'échelle pour décarboner

Éditeur JACQUES LAVAL
Paru le

Non disponible.

À l'ère dite de la mondialisation, nous ne maîtrisons plus rien, pas plus sur le plan politique que sur le plan économique. Seules les multinationales ont la « maîtrise totale de l'air ». Les « piétons » que nous sommes sont de plus en plus démunis face à cette suprématie qui semble imparable. Cette maîtrise, les trop grandes entreprises la construisent sur une extraction sans limite des ressources et un accès illimité aux exutoires pour y balancer les chutes et les déchets d'une production massive que nous achetons à bas prix. Nous faisons face à un incontournable mur climatique mais pas seulement... Nous faisons tout trop grand, à une échelle sans commune mesure avec les capacités de la planète, qui n'a pas les ressources, et encore moins les exutoires, pour absorber les pollutions de nos rêves de consommation illimitée. Notre société consumériste est au coeur du problème dans lequel nous nous embourbons un peu plus tous les jours. Nous devons changer d'échelle afin de réduire sérieusement notre empreinte écologique, à commencer par le carbone, passer au « local » afin de développer une société soutenable à l'échelle de l'environnement et de ses capacités à nous soutenir. Pouvons-nous nous extraire de cette économie mondialisée surdimensionnée, de ce mode de vie destructeur pour la planète... ? Allons-nous devoir reculer, retourner aux bougies ? Bien sûr que non ! Mais il faudra développer de nouvelles façons de faire soutenables et un mode de vie moins lourd, une région à la fois, l'une après l'autre, partout sur la planète. Cette nouvelle économie est à portée de main : nous avons le savoir-faire, les technologies existantes et les équipements déjà en main... Reste à plonger.

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres