Lumière, rire du ciel : Yahne Le Toumelin

Éditeur DE LA MARTINIERE
Collection : Art
Paru le
Papier ISBN: 9782732480220
Pas en inventaire. Sur commande : Délai de 4 à 8 semaines ouvrables

27 juillet 1923, naissance de Yahne Le Toumelin à Paris.Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle fréquente l'académie de la Grande Chaumière d'Édouard Mac-Avoy, à Paris, puis étudie avec André Lhote aux côtés d'Henri Cartier-Bresson.1945, mariage avec Jean-François Ricard (qui prendra plus tard le nom de J.-F. Revel) et dont elle aura deux enfants, Matthieu et Ève.1957, première exposition de ses oeuvres à Paris, préfacée par André Breton.1965, André Breton lui consacre un chapitre dans son ouvrage Le Surréalisme et la Peinture.De 1957 à 1969, participation à de nombreux salons et expositions : Salon des surindépendants (de 1961 à 1967) ; Salon de mai (de 1962 à 1964) ; Salon comparaisons (de 1957 à 1959) ; exposition « Essai pour la peinture de demain », présenté par René Drouin (1960) ; Salon d'art sacré (1966 et 1969) ; « Rencontres d'Octobre », au musée de Nantes (1966) et Salon des artistes français (1967). Se lie d'amitié avec Pierre Soulages, Zao Wou-Ki et Georges Mathieu.1968, Yahne Le Toumelin voyage en Inde et devient disciple d'un grand maître tibétain, Kangyur Rinpoché. Elle prend ses voeux de nonne auprès du XVIe Karmapa au Sikkim.1969, elle réalise les décors et costumes du ballet « Les Vainqueurs », pour la compagnie de Maurice Béjart.1999, exposition d'une vingtaine de « Portraits du vide » au musée Linden de Stuttgart.2001, publication chez Jean-Jacques Pauvert d'un petit traité de peinture intitulé, comme le présent ouvrage, Lumière, rire du ciel.Janvier 2016, rétrospective de 70 ans de peinture à la salle Capitulaire de la cour Mably de la ville de Bordeaux.Yahne Le Toumelin vit aujourd'hui auprès de ses maîtres spirituels et amis en Dordogne, où elle continue de peindre.« Je suis mille peintres à la fois. Et j'ai vécu toute l'histoire de l'art moderne. » Artiste atypique et protéiforme, Yahne Le Toumelin commence à peindre sous le regard de Leonora Carrington et d'André Breton. Du surréalisme, elle garde un goût prononcé pour la poésie et l'imaginaire onirique. À la fin des années 1960, alors qu'elle découvre l'Inde et le bouddhisme, son travail emprunte les voies de l'abstraction lyrique. Quête spirituelle et recherche artistique sont alors pour elle étroitement liées.Puis, la lumière envahira peu à peu ses toiles pour dépasser la forme et devenir le sujet principal de son oeuvre. Dans ses « Portraits du vide », Yahne Le Toumelin réunit ascèse spirituelle et ascèse de la matière.

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres