Une partie rouge

Éditeur DU SOUS-SOL
Collection : Feuilleton non-fiction
Paru le
Papier ISBN: 9782364682702
Disponibilité en librairie :
Quantité

Nous avons toutes les raisons de penser que cette affaire avance rapidement vers une conclusion satisfaisante. Voilà ce que déclara au téléphone un inspecteur de la police du Michigan à ma mère, un après-midi de début novembre 2004. Après avoir raccroché, ma mère m'appela pour m'apprendre la nouvelle. J'étais sidérée. Pendant qu'elle parlait, je regardais le couloir de mon appartement s'incliner légèrement vers le bas, comme s'il envisageait momentanément de se transformer en montagnes russes. Ma mère était tout aussi sidérée. Elle avait reçu l'appel alors qu'elle se trouvait au volant et s'était aussitôt garée sur le bas-côté du chemin poussiéreux près de chez elle, en Californie du Nord, pour accuser le coup. L'affaire en question était celle du meurtre de sa soeur cadette, Jane Mixer, en 1969, classée sans suite depuis trente-cinq ans.2004. Maggie Nelson travaille à un recueil de poésie, Jane : A Murder, livre qui revisite l'histoire de sa tante Jane Mixer, assassinée en 1969 dans le Michigan. Trente-cinq ans plus tard, l'affaire est encore irrésolue. Tout va basculer lorsque l'auteur reçoit un appel de sa mère lui annonçant que la police a trouvé un nouveau suspect, un certain Leiterman, sexagénaire et infirmier à la retraite. Un procès aura lieu. Nelson va y assister avec sa mère et son grand-père, contraints de se confronter à nouveau aux images choquantes du meurtre et à un passé enfoui dans la mémoire familiale. Nelson n'oublie pas. Celle que son grand-père ne peut s'empêcher d'appeler « Jane » par mégarde se reconnaît dans cette femme qu'elle n'a pourtant jamais rencontrée, dont la vie et le destin font écho à ses propres questionnements.Avec Une Partie rouge, Maggie Nelson nous offre une méditation sur ces fantômes qui peuplent nos vies et que l'on tait. L'auteur crée une forme hybride et poétique qui impose une réalité brutale au silence pesant, la juge, la confronte et la fait plier par l'écriture.« Écrives donc les choses que vous avez vues, et celles qui sont, et celles qui doivent arriver ensuite. Une partie rouge. »

Les libraires craquent

  • Commenté dans la revue Les libraires par Anne-Marie Bilodeau, librairie La Liberté

    Trente-cinq ans après l’assassinat de sa tante, on annonce à Maggie Nelson et sa famille la réouverture de l’enquête, encore irrésolue; des preuves inédites accablent un nouveau suspect. Une partie rouge raconte ainsi comment l’auteure et son entourage vivent le procès de cet homme, puis l’engouement morbide qu’il suscite dans les médias. Mais au-delà de la valeur policière du récit, ce que Nelson livre, avec une honnêteté déconcertante, ce sont ses états d’âme. Exorcisant son passé, elle replonge dans certains moments formateurs de son enfance qui, immanquablement, trouveront un écho chez le lecteur. C’est d’ailleurs là que réside toute la puissance du récit : sous l’effet de la sensibilité d’une autre, nos propres fantômes renaissent.

Les libraires vous invitent à consulter

Maggie Nelson

Par publié le

Maggie Nelson fait doublement sa rentrée francophone cet automne. L’écrivaine américaine de 44 ans compte neuf livres à son actif, et voilà que les éditions du Sous-sol et Triptyque lancent coup sur coup son troisième – Une partie rouge aborde le meurtre sauvage de sa tante Jane – et son neuvième – Les argonautes qui décrit sa quête du bonheur et s’intéresse particulièrement à la réalité queer et à la maternité. Cesdeux ouvrages démontrent la force de frappe de cette penseuse éclairée qui s’abre

Pleins feux sur les Éditions du sous-sol

Par publié le

« Avez-vous Sinatra a un rhume? »C’est grâce à cette question toute simple que j’ai appris l’existence des Éditions du sous-sol. Cette toute jeune maison d’édition parisienne fondée par Adrien Bosc a tout de suite attiré mon attention. Elle apporte un vent de fraîcheur dans le monde du livre grâce à des choix éditoriaux audacieux et un éventail de titres d’horizons très variés. La fiction de Mordecai Richler côtoie ainsi les récits de Maggie Nelson et les reportages journalistiques de Gay Talese

Le prix du Livre du Réel revient à Pierre Sautreuil et Maggie Nelson

Par publié le

Remis pour la deuxième année, le prix du Livre du Réel s’intéresse aux histoires qui allient vérité et littérature, un genre de journalisme au ton personnel qui assume ses pans de subjectivité. Il est octroyé par la grande librairie indépendante Mollat à Bordeaux, en collaboration avec le journal Sud Ouest. Le prix, qui s’accompagne d’une somme de 6000 euros (plus de 9000 dollars canadiens), a été attribué à Pierre Sautreuil pour Les guerres perdues de Youri Béliaev (Grasset). Pigiste pour L’Ob

Rentrée 2017 : Essai

Par publié le

Homo Deus : Une brève histoire de l’avenirYuval Noah Harari (Albin Michel)Sapiens, le précédent essai de Harari, retraçait avec brio le récit de l’humanité. On y découvrait l’érudition du professeur d’histoire, un excellent pédagogue à l’écriture accessible et accrocheuse. C’est dans la même lignée que s’inscrit Homo Deus, qui s’intéresse à la suite de l’aventure humaine. Que deviendra l’homme alors que la quête à l’immortalité s’accélère, que l’intelligence artificielle augure une révolution ti

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres